Collectif Paysages de l’Après-pétrole : Des solutions contre le réchauffement climatique
paysage-apres-petrole

Avec le livre ‘Aménager les paysages de l’après-pétrole’, le collectif Paysages de l’Après-pétrole met en avant les relations entre les modes d’aménagement tirés de l’énergie fossile et le réchauffement climatique. Il indique aussi que le paysage peut contribuer à la transition énergétique.

 

Des solutions à prendre

D’après le collectif, une des solutions face aux problèmes climatiques se situe au niveau de l’action des territoires. Communes et régions disposent de ressources humaines et naturelles. Avec le pétrole, on a négligé ces ressources et a banalisé les paysages, poursuit-il. Le collectif avance que l’épuisement des énergies fossiles et l’importance de baisser leur impact écologique vont contraindre les territoires à réaménager leur espace urbain et naturel. Il appelle à la recherche d’un mix énergétique convenable au climat, à l’histoire et au relief.

Le collectif souligne aussi qu’il faut mettre en avant les liens entre production d’énergie, installations industrielles, agriculture, aménagement urbain et infrastructures de transports. S’il n’y a pas de vision d’ensemble, on sera victime de gâchis énergétique et spatial. Aussi, il souligne que si on continue dans cette voie, il faudra 3 planètes pour subvenir aux besoins des 10 milliards d’habitants en 2050. Paysages de l’Après-pétrole veut également promouvoir un multiusage du sol et inciter à réussir un projet paysager en mettant à contribution les habitants de chaque territoire.

Le collectif a proposé ses idées à l’occasion de l’ouverture de la COP21. Durant l’assemblée annuelle du réseau Tepos, il a noué des contacts avec plusieurs sites pilotes souhaitant mettre en place une politique de transition énergétique via des démarches paysagères.

Paysages de l’Après-pétrole s’engage dans des actions se portant sur l’agroécologie. En collaboration avec l’Association française de l’agronomie, il mise sur une approche territoriale et spatiale. Après la Deuxième Guerre mondiale, 20 000 opérations de remembrement ont été réalisées, avec une dépendance importante des parcelles plus grandes aux énergies fossiles. Actuellement, le collectif invite à recomposer le parcellaire via des outils convenables. Outre son partenariat avec Grands sites de France, il collabore également avec Solagro afin de proposer ses perspectives Afterres 2050 mettant en avant les évolutions du système d’alimentation de production.

En outre, le collectif n’a pas obtenu des subventions relatives à la COP21. Toutefois, certaines institutions lui ont attribué quelques financements pour réaliser une exposition se portant sur les paysages de l’après-pétrole.

About

Laisser un commentaire